Vendre à un promoteur

Publié le 9 janvier 2024
Vendre à un promoteur est une opération lucrative mais complexe. Il est conseillé de se faire accompagner dans cette aventure.

Un promoteur formule une offre sur votre maison sur la base de l'opération immobilière que pourrait accueillir votre terrain. La vie de ces projets urbains est jalonnée d'embuches et de rebondissements dont il vaut mieux être informé avant de se lancer dans l'aventure.

Les délais : 12 à 20 mois pour acheter votre maison.

Suite à la signature d'une promesse de vente avec un promoteur, l'achat de votre terrain ne se fera qu'après l'obtention du permis de construire et la résolution de tout recours des voisins. Durant ce laps de temps, le promoteur élabore un projet (4 mois) et soumet une demande de permis de construire à la mairie pour examen (5 mois). Ensuite, les voisins disposent de 3 mois après l'octroi du permis de construire pour introduire un recours.

Dès lors, un délai de 12 mois est généralement la durée d'une opération qui se déroule sans complications. Cependant, il est plutôt rare qu'un projet immobilier soit conclu aussi rapidement. En général, il faut prévoir environ 18 mois entre la signature de la promesse et la finalisation de l'achat de votre bien.

Les aléas : recours, renégociation de l'offre, décision en mairie.

Au fur et à mesure que le projet immobilier se concrétise, il est confronté à divers défis. Dans le meilleur des scénarios, ces défis n'affectent que les délais d'acquisition. Cependant, dans le pire des cas, ils peuvent forcer le promoteur à diminuer son offre, ou même à abandonner totalement l'achat.

Aléas courants :

  • Au cours de l'examen du permis de construire, la municipalité peut demander une réduction de l'ampleur du projet, ce qui peut entraîner une diminution de l'offre.
  • Si le marché de la construction subit une forte hausse, cela peut entraîner une augmentation significative des coûts du projet, ce qui peut également conduire à une baisse de l'offre.
  • En cas de déclin du marché immobilier, l'offre peut également diminuer.
  • Si un voisin introduit un recours, cela entraînera un délai supplémentaire dû au traitement du recours avant que l'achat ne puisse être finalisé.

Le piège à éviter : Faire confiance à une offre anormalement haute.

Lorsqu'une proposition vous est faite par un promoteur, il y a de plus grandes chances qu'elle soit surestimée plutôt que sous-estimée. En effet, un promoteur sait qu'une offre trop faible pourrait rapidement être dépassée par un concurrent, tandis qu'une offre surévaluée peut toujours être renégociée ultérieurement.

Par conséquent, bien que cela puisse sembler contre-intuitif, l'offre la plus élevée n'est pas nécessairement la meilleure lorsqu'il s'agit d'immobilier. La meilleure offre serait celle avec les plus grandes chances de transformer la promesse d'achat en une vente réelle.

Il est donc essentiel de se montrer vigilant lorsque vous vous apprêtez à accepter une promesse d'un promoteur. Si cette proposition s'avère non sincère, vous risquez de vous retrouver engagé pour une longue durée, sans possibilité de reprendre les négociations avec d'autres concurrents.

Se faire accompagner : Accorder sa confiance à un tiers qui partage vos intérêts.

Il est très difficile pour un propriétaire de s'engager seul dans une aventure immobilière. Identifier si une offre est sincère ou anormalement haute, comprendre les raisons d'un allongement des délais, savoir s'il faut accepter une renégociation de l'offre initiale... Toute ces situations sont fréquentes en immobilier et sont lourdes de conséquences pour une famille. Sans accompagnement il est pratiquement impossible de prendre les bonnes décisions et d'aborder sereinement la vente à un promoteur.

Action !
Découvrez la valeur de votre maison. Et surtout celle de votre terrain.